J'ai testé pour vous

Petit partage d'expériences de geek


Leave a comment

Leap Motion : est-ce vraiment comme dans Minority Report ?

Aujourd’hui nous sommes particulièrement bien habitués à utiliser les modes d’interaction suivants avec notre ordinateur :

  • clavier
  • souris – devenue un standard depuis les premières versions de Mac OS et Windows
  • tablette graphique
  • écran tactile – dont l’adoption est accélérée par les tablettes (iPad, Android, etc) et Windows 8

On pourrait donc se demander en quoi introduire encore un nouveau mode d’interaction, avec le Leap Motion, est une révolution, une évolution, ou juste un gadget sympa. Tentative d’analyse sur base de ma propre expérience.

Qu’est ce que le Leap Motion

Avez-vous déjà vu un enfant (ou un adulte) jouer sur une XBox 360 avec le Kinect ? Ces jeux où le joueur n’utilise pas de joystick, mais son propre corps pour contrôler le jeu ? Le Leap Motion, c’est en gros la même chose, mais cela fonctionne avec votre ordinateur (Mac ou PC) et ne “surveille” que vos mains. La position des doigts et de la paume de chacune de vos mains est captée dans l’espace et utilisée pour contrôler un jeu ou une application tournant sur l’ordinateur. Ces concepts d’interaction nous ont déjà été introduit au cinéma, dans des films tels que Minority Report ou Iron Man 2.

On passe du cinéma et de la fiction à la réalité : voici une petite vidéo montrant une petite application sur mon PC qui montre comment le Leap Motion reconnait le mouvement de mes mains :

Le Leap est un petit boitier qui se relie par USB à votre ordinateur. Il contient 2 leds et 3 caméras infrarouges qui analysent tous les mouvements de la main dans un rayon de 1 mètre, avec une précision de 0,01mm (!!!). Il est capable de détecter les doigts, les mains et les crayons en recréant un environnement 3D.

Le contrôleur Leap Motion

Le contrôleur Leap Motion

En théorie, la position ou le mouvement des mains peut être associé à diverses actions; par exemple le fait de serrer ou d’écarter les doigts d’une main, de la monter ou descendre, avancer ou reculer, le “swipe” en l’air d’un doigt (ou deux, ou trois) pourront chacun être associé à quelqu’action.

Que fait-on avec un Leap Motion

Le boitier en lui-même est la partie “hardware” ou matérielle. Elle doit bien entendu être accompagnée de parties logicielles, telles que :

  • un “driver” ou pilote afin que votre ordinateur puisse reconnaître ce nouveau périphérique et lui parler
  • une ou plusieurs applications qui ont été développées pour utiliser le Leap Motion, au travers du pilote.

De fait, le Leap est accompagné deux applications principales : Airspace Store et Airspace Home.

Airspace Store

L’Airspace Store n’est rien d’autre qu’un “app store”  pour le Leap, tels que l’iTunes AppStore ou Google Play Store pour votre smartphone ou tablette. C’est là que vous découvrirez les applications disponibles qui sont compatibles ou spécialement développées pour utiliser le Leap Motion. Comme l’appstore de votre tablette ou smartphone, on y trouve un classement par catégorie (Creative Tools, Education, Games, Music & Entertainment, …) et par plateforme (Mac/Windows).

Airspace Store - accessible depuis votre browser web

Airspace Store – accessible depuis votre browser web

L’Airspace Store est une application web, ie vous y accédez à partir de votre browser, tout simplement. Une fois choisie votre application, qu’elle soit gratuite ou payante, elle sera téléchargée et installée dans votre Airspace Home, sur votre ordinateur.

Le Leap Motion et le store étant assez récents, on n’y trouvera pas encore des centaines d’applications mais un peu plus de 70 pour commencer c’est déjà pas mal. On regrettera l’absence de catégories mettant en avant les nouvelles applications [correction : “nouveau” est apparu ce 30/8], ou les vues telles que “top new free”, “top grossing” etc que l’on trouve dans les appstores de nos tablettes et smartphones. Certainement de petits défauts de jeunesse qui seront résolus avec la croissance d’apps disponibles.

Airspace Home

Cette application est installée sur votre PC/MAC, et servira à démarrer les apps compatibles avec le Leap Motion que vous avez installées à partir de l’Airspace Store. Il s’agit d’une simple fenêtre reprenant les icônes de ces apps. Simple : on clique sur une icône et l’app correspondante démarre. Un petit indicateur visuel montre si l’app installée doit être mise à jour.

Applications installées, reflétées dans Airspace Home

Applications installées, reflétées dans Airspace Home

Pas grand chose à dire de plus, si ce n’est que je regrette les limitations suivantes :

  • impossible de réagencer les apps en groupe
  • impossible de réagencer les icônes
  • pas de raccourcis sur le bureau de Windows dans la majorité des cas, il faut passer par AirHome

A nouveau, ce système est assez neuf et on ne peut que supposer que ce genre de fonctionnalités seront ajoutées avec le temps.

Des jeux, encore des jeux

L’Airspace Store est rempli principalement de jeux. Certains sont des titres déjà connus sur smartphone ou tablette, tels que Cut The Rope, Dropchord ou Fruit Ninja. Beaucoup d’autres sont des créations spécifiques au Leap Motion. Quelques petits exemples en vidéo ci-dessous :

Je n’ai ceci dit pas encore trouvé un jeu qui rien qu’à lui seul puisse justifier l’achat d’un Leap Motion. On est dans le domaine des “indie games” ou petits jeux desquels on se lasse assez rapidement. Les jeux venant du monde des tablettes ou smartphones restent beaucoup plus jouable sur ces appareils, leur transposition avec support du Leap tenant plus pour moi d’une démonstration de technologie que d’un réel plus par rapport à une surface tactile.

En ce qui me concerne, mon intérêt pour un Leap se trouve moins dans les jeux que dans l’interaction quotidienne avec mon PC.

Musique

Sans doute plus intéressante comme approche : comment une nouvelle interface telle que le Leap Motion pourrait influencer la manière avec laquelle on fait de la musique sur son ordi ?

D’une part, on trouve des petites applis telles que AirArp, qui vous donnera un petit air de Jean-Michel Jarre jouant de la harpe en balançant mains et doigts en l’air, ou Airbeats qui déchaînera vos talents de batteur. Sympas, comiques, mais pas encore du “killer app”.

Nettement plus intéressantes, des applications telles que AirMidi ou encore GECO Midi permettent d’assigner des mouvements à des canaux midi. Pour les ceusses qui ont un petit studio chez eux, utilisant leur ordi pour faire de la musique avec des synthés et autres modules compatibles midi (dont des instruments virtuels utilisés dans des applis musicales telles que Cubase, Ableton, etc), le Leap sera un module de contrôle supplémentaire assez intuitif et plus “analogue”.

Dans l’exemple ci-dessous, un gentil DJ utilisant “Traktor” comme soft de mixage sur son ordi a introduit un Leap Motion. Il l’utilise pour contrôler le niveau d’un effet sur le morceau en train de jouer. Il a “simplement” utiliser Geco MIDI pour assigner un mouvement (lever et abaisser la main) à un canal MIDI qui gère le niveau d’effet appliqué :

Contrôle du PC

C’est vraiment ici que j’attendais le Leap Motion. J’espérais pouvoir définir mes propres macros pour faire un peu tout et n’importe quoi sous Windows, comme par exemple : répondre ou raccrocher un call Skype, démarrer un programme, mettre le PC en suspend/sleep, scroller dans une fenêtre, etc. J’ai été fort étonné de constater que le Leap n’est pas livré en standard avec ce genre de fonctionnalité; il faut impérativement trouver un programme qui vous permet de faire ce genre de chose. Et pour le moment, ce n’est pas la gloire….

J’ai commencé avec “Touchless for Windows“. En gros, le but est d’utiliser vos doigts comme pointeur/souris. Très décevant, honnêtement il est bcp plus rapide d’attraper sa souris ou d’utiliser son écran tactile, si on en a un. Quasi aucune configuration possible. Aucune macro.

Depuis quelques jours je tente d’utiliser “GameWave“. Son but premier est de remplacer votre clavier et souris pour piloter des jeux avec le Leap Motion, comme par exemple Skyrim, Mincraft, etc, mais aussi de pouvoir interagir avec Windows.

GameWave

GameWave

La palette d’interaction est déjà nettement plus large qu’avec “Touchless for Windows”. Les mouvements sont prédéfini (voir la capture d’écran ci-dessus), et à chacun de ceux-ci on pourra associer une action spécifique :

Sélecteur d'action dans GameWave

Sélecteur d’action dans GameWave

A priori ceci semble être la meilleure solution actuelle pour piloter Windows MAIS, car il y toujours un ou des “mais”, je regrette qu’aucun soft ne permette actuellement de définir des “macros gestuelles” que l’on définira soi-même. De plus, le Leap étant très sensible, il n’est pas rare de déclencher via GameWave des actions que l’on avait pas vraiment désiré (par exemple, fermer Spotify alors que l’on voulait juste passer au morceau suivant”.

Je dois encore également tester le contrôle de Powerpoint avec le Leap, c’était également un des use cases auquel je pensais en passant pré-commande il y a quelques mois. Cela devrait être pratique de faire simplement un petit mouvement de main au-dessus de mon portable pour changer de slide quand je donne des présentations. Je vais à mon avis utiliser GameWave pour ceci également, vu que les critiques de “Airpoint for Powerpoint” semblent assez lamentables…

Je ne peux dire sous Mac OS comment cela se passe. Il y a des softs de type BetterTouchTool qui semble fonctionner assez bien mais je n’ai pu le tester, n’ayant pas de Mac assez récent.

En bref

Ce n’est pas encore aujourd’hui que vous jouerez à Tom Cruise ou Tony Stark. Le Leap est encore loin de révolutionner la manière dont vous travaillerez avec votre PC, même s’il ouvre de nouvelles pistes intéressantes. Mis à part le hardware, le succès (ou non) du Leap dépendra de l’ingéniosité de la communauté de développeurs qui s’intéresseront à cette bestiole.

Je reste très peu intéressé par l’aspect “jeu”. Si je l’avais été, j’aurais acheté une Xbox avec un Kinect depuis belle lurette – et le succès très moyen du système Kinect en général confirme que le public est lui-même relativement peu convaincu par ce nouveau mode de contrôle.

Il y a clairement du potentiel, reste à l’exploiter… Ceci étant dit, tant que nous resterons avec des operating systems (Windows 8, Mac OS, …) assez standards dans leur conception (fenêtres, icônes, etc) et bi-dimensionels et tant que nos écrans ne seront pas en full 3D sans avoir besoin de lunettes ou autres artifices, des périphériques tels que le Leap ne pourront être pleinement justifiés.

En ce qui me concerne, je vais continuer à peaufiner ma configuration et utilisation de GameWave histoire de jouer au magicien et d’épater mes enfants : pouvoir  monter/baisser le volume et scroller sur mes fenêtres web tout en ayant les mains pleines de chocolat.

Advertisements


12 Comments

Ecouter Spotify sur sa chaine hifi

Petit énoncé du problème : vous utilisez Spotify (ou Deezer) sur votre PC ou votre MAC et vous aimeriez bien pouvoir ne plus à souffrir du son crachoteux des hauts-parleurs de votre ordinateur et écouter plein pot la collection entière des remix de Stone et Charden. Comment faire ?

Première solution : level “zero tech” – coût : 2 à 8€

Bon, sans vouloir vous jetez la pierre, si je dois vous expliquer ceci c’est que vraiment vous devez être né au fin fond de la Papouasie et après 50 ans retiré du monde vous venez de rentrer en Europe. La solution magique s’appèle “cable”. Ben voilà. Un cable est un truc fait avec un fil électrique et des prises à chaque bout. Aie, des prises, ça se complique… Commençons du côté de votre PC/MAC : à priori vous trouverez sur un des côté de celui-ci un petit trou souvent accompagné d’un symbole de casque audio : c’est une petite prise “jack” au format 3,5mm. Dans les mondes des PC, une norme s’est plus ou moins installée au niveau de codes de couleurs associées aux entrées et sorties audio : la sortie audio (ce que vous allez utiliser) est verte (numéro 2 ci-dessous).

Prise jack sur PC

Prise jack sur PC

Du côté de votre chaine hifi, 2 cas de figures : soit vous avez une entrée jack 3,5mm (même prise donc que sur votre PC) et donc vous avec besoin d’un cable avec ce même connecteur de chaque côté, soit vous avez des entrées “cinch” dites aussi “connecteurs RCA”. Dans ce cas vous aurez besoin d’une cable tel que représenté ci-dessous.

Cable audio jack 3,5mm vers RCA

Cable audio jack 3,5mm vers RCA

Ne reste plus qu’à mettre votre PC/MAC à côté de votre chaîne hifi, d’utiliser le cable adéquat, et hop !

Deuxième solution : level “entry tech” ou “la dent bleue” – coût 25-35€

Votre PC (ou MAC – mais je vais arrêter d’écrire “ou MAC” parce que cela devient fatiguant) n’est peut-être pas à côté de votre chaîne hifi et vous n’avez pas trop envie de tirer un cable au travers de tout le salon : qu’à cela ne tienne, votre ordi (ah, voilà qui simplifie le problème PC/MAC) est sans doute compatible bluetooth. L’idée est donc d’envoyé le son de votre ordi, grâce aux ondes bluetooth, vers votre chaîne hifi – celle-ci n’étant plus que probablement pas équipée bluetooth, nous utiliserons un petit boitier supplémentaire.

Pour commencer, si votre ordi n’est pas compatible bluetooth, vous pourrez acheter un petit dongle bluetooth (un petit zigouigoui qui se connectera dans un des ports USB de votre ordi). Vous veillerez à demander à votre marchand un dongle bluetooth de “classe 2” minimum (portée 10m) et compatible A2DP (profil technique bluetooth pour la transmission audio de grande qualité).

Du côté de votre chaine hifi, il vous faudra un autre zigouigoui qui recevra ces signaux audio bluetooth, et les reconvertira en signal sonore que votre chaine comprendra. J’utilise par exemple ce petit boitier Logitech acheté une vingtaine d’euros au Mediamarkt. Ce petit boitier se connectera avec un petit cable avec des prises jack 3,5mm ou cinch, comme dans la première solution ci-dessus.

Module Logitech Bluetooth "Wireless Speaker Adapter"

Module Logitech Bluetooth “Wireless Speaker Adapter”

Finalement, vous procéderez à l’appareillage des zigouigouis. Comme je vous le dis 🙂 L’appareillage consiste à faire découvrir à votre ordi les appareils bluetooth qui se trouvent dans les parages, et à créer une association entre ceux-ci. Vous trouvez des petites explications et vidéos sur ce lien (PC) ou ici (MAC). Une fois l’appareillage effectué, tout son généré sur l’ordi sera donc envoyé vers votre chaine hifi.

Troisième solution : level “techie” – coût 85-90€

Cette solution consiste également à se passer de cable entre votre PC et votre chaine hifi, mais au lieu de passer par le bluetooth nous utiliserons le réseau wifi. L’avantage est une portée plus longue (ie la distance entre votre ordi et votre chaine) et un taux de transfer à priori plus élevé et moins sensible aux obstacles (murs, étages, …). Différentes solutions sont certainement possible, mais en ce qui me concerne j’avais jeté mon dévolu il y a quelques années sur un module Apple “AirPort Express Base Station with 802.11n and AirTunes” (mais oui madame). Késako ? En gros, c’est un petit boitier que vous tapez dans une prise à côté de votre chaine hifi : d’un côté il a une sortie jack (pour le brancher à votre chaine via un cable jack/jack ou jack/cinch – voir première solution) et de l’autre il se connecte sur votre réseau wifi. Le but consiste donc à envoyer le son de l’ordi, via wifi, vers ce module qui lui-même le redonnera à la chaine hifi.

Airtunes Express Base Station avec AirTunes

Airtunes Express Base Station avec AirTunes

Ces petits modules Airport Express avec Airtunes fonctionnent en standard bien évidement avec tout ce qui est Apple, comprenez donc que si vous utilisez iTunes, celui-ci reconnaitra la présence de ce module sur votre réseau et vous proposera d’envoyer le son d’iTunes vers le dit module. Mais quid de Spotify ? Hé bien non, aucune option dans Spotify pour faire la même chose… Il va donc falloir trouver une petite astuce pour “capturer” le son sortant de Spotify (ou Deezer) et l’envoyer vers le module Airport. Pour ma part, j’utilise le programme “Airfoil“. C’est un petit utilitaire qui existe tant pour Mac que pour Windows, et qui permet de capturer le son de toute application tournant sur votre ordi (donc Spotify ou Deezer, mais aussi YouTube dans votre browser web) et de l’envoyer sur un module compatible AirPlay tel que l’Airport Express.

Avantages de cette solution par rapport à la précédente :

  • seul le son de l’application que vous avez choisi sur votre ordi sera envoyée vers votre chaine hifi
  • votre ordi peut être dans une autre pièce de votre maison ou appartement, le wifi passe très bien les murs
  • qualité de son supérieure au bluetooth
  • Des petites applis gratuites simulant un dispositif Airplay peuvent être installées sur votre iPhone/iPad/Android : ainsi, vous pourrez envoyer le son depuis votre ordi vers votre tablette ou smartphone (genre je connecte des haut-parleurs sur mon smartphone et je mets le tout sur la terrasse, et j’envoie le son depuis mon PC vers la terrasse).

Brefs, des scénarios de geek 🙂 Mais peut-être trouverez-vous le vôtre dans ceux-ci.